Human Spaces

Viser le bien-être avec WELL

Une nouvelle norme arrive en ville. Aura-t-elle une place dans vos projets à venir ?

À l’heure qu’il est, vous avez peut-être déjà entendu parler de WELL, ce programme de certification des bâtiments qui met de l’avant la santé et le bien-être des usagers. Lancée en 2014 par l’International WELL Building Institute (IWBI) de New York, et présentée à Montréal en août dernier, elle a comme objectif d’encourager la création d’espaces de vie centrés sur l’être humain.

Premier réflexe : la comparer à la norme environnementale LEED. De fait, WELL complète un peu cette dernière, puisqu’elle vise aussi des aspects environnementaux. Mais son approche est toute centrée sur l’être humain : ainsi, là où LEED vise une bonne gestion de l’eau, de manière à éviter le gaspillage, WELL en surveille plutôt la qualité, pour contribuer à la santé des occupants.

En conférence de presse, le président de l’IWBI, Kamyar Vaghar, expliquait que WELL vise sept domaines : air, eau, alimentation, lumière, forme physique, confort et esprit. « Dans un contexte où nous passons près de 90 % de notre temps à l’intérieur, dit-il, les recherches démontrent qu’il s’agit là des domaines que l’on doit privilégier, pour améliorer la qualité de vie. » M. Vaghar affirme que la norme est vérifiée au moyen de tests et pas seulement de rapports et qu’elle fournit pour chacun de ces domaines plusieurs caractéristiques à respecter : certaines sont fondamentales, tandis que d’autres, qualifiées d’« optimisations », constituent des compléments qui permettent de hausser la « note » obtenue en vue de la certification.

Des espaces plus humains

Les entreprises, aujourd’hui, réalisent que la composante « ressources humaines » de leurs activités prend plus d’importance que jamais. Selon l’IWBI, les coûts en personnel représentent d’ailleurs, sur 30 ans, 92 % des coûts totaux d’un bâtiment. Dans ce contexte, quoi de plus normal que de prendre le meilleur soin possible des personnes ?

C’est ce qu’a voulu mettre en évidence, dans une démarche parallèle, le fabricant de revêtements de sol Interface, en publiant le rapport Human Spaces. Ce dernier étudie l’impact du design biophilique sur le bien-être et sur la productivité des employés. Après avoir sondé 7 600 employés de bureau dans 16 pays, ce rapport, dirigé par les experts reconnus Cary Cooper et Bill Browning, a démontré que la présence d’éléments naturels dans un aménagement a bel et bien un effet marqué sur les occupants.

L’étude a noté une hausse de la créativité et du sentiment de bien-être chez les personnes qui travaillent dans un environnement pourvu d’éléments naturels tels que des plantes ou de l’éclairage naturel. Cela se traduit aussi concrètement par une meilleure productivité, moins de congés de maladie et moins d’absentéisme, en général. Les avantages apportés par les éléments naturels sont donc notables et surtout… mesurables ! Cette réalité ne peut qu’influencer le travail des designers, et WELL peut les aider dans ce sens.