La cuisine de demain

La cuisine de demain : discrète… et même invisible ?

Texte: Christian Bergeron

Depuis plusieurs années déjà, la cuisine a pris la place d’honneur dans nos maisons : c’est la pièce où l’on a le plus investi en matière de design et de rénovation. Mais que nous réserve l’avenir ?

Pour savoir comment les professionnels du domaine envisagent la cuisine du futur, le fabricant de produits de surfaces Cosentino a réuni un panel de 17 experts des secteurs du design, de la préparation des aliments, de la domotique et de la sociologie, entre autres. Il a aussi sondé près de 800 constructeurs de cuisines à travers le monde.

Les résultats ont été publiés dans Global Kitchen : La cuisine à l’ère de la mondialisation. Ce rapport donne, somme toute, une vision de la cuisine qui ne s’écarte pas trop de la recette actuelle…, mais avec une pincée de futurisme en ce qui a trait à l’intégration des technologies.

 

Pour 90 % des professionnels interrogés, la cuisine demeurera le cœur de la maison, le principal lieu d’activité et de rencontre. Côté aménagement, cependant, seuls 5 % des répondants envisagent des cuisines ouvertes qui intègrent les zones de vie et de repas. Une donnée surprenante, puisque cette image correspond assez bien à notre vision nord-américaine… Il semble qu’ailleurs dans le monde, on pense autrement.

Qu’elle soit ouverte ou pas, cependant, les experts s’entendent pour dire que la cuisine de demain devra être polyvalente. Pour Alessandro Finetto, architecte et directeur du design chez Whirlpool, « elle devra être flexible et personnalisable pour s’adapter aux besoins de l’utilisateur ».

En clair, les designers devront trouver des façons de rendre l’espace et le mobilier multifonctionnels, permettant ainsi aux fonctions liées aux aliments de se faire plus discrètes. Cloisons mobiles, comptoirs qui se lèvent ou s’abaissent, tables qui se replient, surfaces de cuisson qui servent aussi de plan de travail ou de centre de divertissement : voilà quelques pistes pour la cuisine de demain.

Au Québec, Carl Lapointe, designer chez Pure Cuisine, signale un engouement croissant pour les cuisines dont les composantes adoptent des allures de meuble, avec des îlots semblables à des bureaux et des matériaux plus résistants et faciles d’entretien. « On tend également à intégrer les fonctionnalités, en fusionnant par exemple les éviers ou même les plaques de cuisson dans le comptoir. »

Mais ce qui provoquera les plus importants changements, selon les experts, sera l’intégration des technologies émergentes, qu’il s’agisse d’appareils connectés entre eux, d’écrans interactifs ou d’intelligence artificielle. Elles affecteront aussi bien le rangement et la préparation des aliments que le travail, l’étude et les autres activités qui se déroulent dans la cuisine.

Les électroménagers de demain seront intelligents, eux aussi : ils anticiperont les besoins des utilisateurs et pourront même préparer et cuire certains plats. Dans la pièce, des capteurs ajusteront l’éclairage, la température et la qualité de l’air en fonction des conditions changeantes ou des préférences des occupants, assurant ainsi un environnement plus sain, plus de confort et des économies d’énergie.

Par ailleurs, notre façon de cuisiner évolue, et la cuisine devra s’ajuster aux tendances, comme le mouvement « de la ferme à l’assiette » (la production d’aliments à la maison et la demande accrue pour les aliments frais). Autre changement notable : le nombre croissant de personnes qui ne font tout simplement plus la cuisine — aux États-Unis, du moins.

Selon un article récent du Wall Street Journal, de plus en plus de personnes se nourrissent d’aliments qui nécessitent peu ou pas de préparation. Souvent issues de la génération des « milléniaux » ou encore chefs de famille monoparentale, ces personnes disent n’avoir pas le temps de faire les courses et de cuisiner. Elles achètent donc des repas préparés et des aliments frais qui ne nécessitent pas de cuisson, ou encore font appel à des services de repas prêts à cuisiner (chez nous, Goodfood, Cook it et MissFresh ont le vent dans les voiles).

Pour ces gens moins portés vers la préparation des aliments, l’essentiel est d’avoir plus d’espace pour socialiser et travailler. En conséquence, ils recherchent des cuisines plus petites, surtout s’ils vivent dans des appartements en milieu urbain.

Au Québec, cependant, selon Carl Lapointe, on veut encore des cuisines rassurantes, et donc plutôt traditionnelles, même si l’on aime l’esthétique moderne. « Notre époque recherche la clarté visuelle, les lignes épurées, mais les cuisines demeurent grandes, à l’image de nos maisons, et nos clients nous disent qu’ils aiment faire la cuisine. »

L’architecte et designer montréalaise Martha Franco abonde dans le même sens : « Se retrouver pour cuisiner, c’est dans nos gênes. Et comme on passe de moins en moins de temps en famille, ce temps est d’autant plus précieux et privilégié. » Elle n’est donc pas surprise que ses clients accordent une importance accrue à la cuisine, qu’ils la veuillent avant tout chaleureuse et accueillante. Côté design, cela se traduit donc par des pièces de bonnes dimensions qui peuvent recevoir beaucoup de monde. « La technologie, c’est bien, ajoute Mme Franco, mais rien ne remplace une bonne soupe faite maison. Le fait de se retrouver en famille autour d’un repas, c’est un rituel, et en tant qu’humains, nous allons toujours y revenir. »

Les différentes visions de la cuisine du futur en viendront probablement à cohabiter plutôt qu’à converger. Si l’on pouvait, dans le passé, se référer à un modèle dominant de ce qu’est la cuisine, les designers devront à l’avenir créer des aménagements plus variés pour répondre aux styles de vie d’une clientèle diversifiée. Chose certaine, cependant, ils y trouveront autant de défis à relever que d’occasions à saisir.

L’espace thématique Lumière & Environnement Intelligent, c’est aussi 3 conférences accréditées :

L’éclairage : Un must pour le confort des occupants!
Jeudi 26 avril 2018, 14h à 16h
par François Cantin

Un éclairage visuellement et psychologiquement stimulant jouerait un rôle crucial en ce qui a trait au bien-être et la santé des usagers… Comment utiliser cette théorie dans la réalisation d’environnements de travail de qualité supérieure, et créer des ambiances uniques ?

 

Les outils du futur en design d’intérieur – Découvrez les technologies immersives
Vendredi 27 avril 2018, 11h30 à 12h30
par René Barsalo

Découvrez les nouvelles possibilités en termes de co-design et de prototypage virtuel offertes par les technologies de réalité virtuelle, qui vont significativement modifier les processus de création et de prototypage en design d’intérieur et en design de services.

 

Le bureau du futur : Réconcilier créativité et productivité au travail, c’est possible!
Vendredi 27 avril 2018, 13h à 14h30
par Sandra Neill

Découvrez les nouvelles tendances à intégrer lors de la réalisation du design d’un espace de travail pour optimiser le bien-être des ressources humaines ! Ressortez conscients de l’importance de revitaliser les environnements de travail de manière durable, et découvrez des manières concrètes de mesurer l’impact du changement.

 

Pour tous ceux et celles qui désirent en apprendre davantage sur les tendances du futur, joignez-vous à nous du 26 au 28 avril prochain et venez visiter l’espace Lumières et Environnement Intelligent où le design d’éclairage et l’intégration de nouvelles technologies s’entremêleront!